Blog

DEVENIR INDÉPENDANT ? Être consultant en entreprise de services ou à son compte ?

Vignette vidéo devenier freelance ou rester en ESN
Complément aux vidéos

DEVENIR INDÉPENDANT ? Être consultant en entreprise de services ou à son compte ?

Note de l'auteur

Devenir indépendant n’est pas un simple changement de cap dans votre carrière et quand il s’agit du métier de consultant agile nous pouvons faire confiance à Jean-Pierre Lambert pour son expertise. Il est toujours extrêmement puissant de s’appuyer sur ce que les autres ont vécu pour atteindre le succès dans la réalisation de nos projets. Ce que nous livre Jean-Pierre Lambert aujourd’hui vous offrira un avantage précieux. Alors profitez-en sans attendre et sans limite. Il est certain que son retour d’expériences participera à la construction de votre réussite.

Table des matières

Introduction

Photo Jean-Pierre Lambert

Vous êtes ou voulez devenir consultant agile. Est-il préférable de travailler en entreprise de services ou en tant qu’indépendant ? Ayant connu ces deux situations singulièrement différentes, je vous apporterais dans cet article, des éléments de réponse qui découlent directement de mon expérience personnelle.

Contexte : consultant agile

Être consultant c’est quoi ? Nous avions abordé le sujet dans un précédent article de cette série comment bien mener sa carrière de Scrum Master : CONSULTANT vs EMPLOYÉ : SCRUM MASTER en PRESTA ou INTERNE ? Vous pouvez également retrouver sa version vidéo :

Pour commencer il faut bien avoir conscience qu’en tant que consultant nous vendons nos services. Nous servons un client, élément fondamental qui forge un état d’esprit de consultant. Si ce n’est pas votre tasse de thé, changez de cap et ne visez pas un métier de conseil. Maintenant que nous sommes au clair avec le contexte voyons ensemble les différences qu’amènent le statut d’indépendant par rapport à celui de salarié au sein d’une entreprise de services.

Comparatif : consultant agile INDÉPENDANT VS ESN

Nous pouvons déjà commencer la comparaison en faisant la liste des rôles que vous devrez assumer en tant qu’indépendant : les rôles qui sont supportés par d’autres personnes dans les entreprises de services :

  • Le patron : vous êtes votre propre patron et vous êtes libre de la stratégie que vous voulez donner à votre société de conseil.
  • Le commercial : vous êtes votre propre commercial ou devrez sous-traiter ce travail à un prestataire spécialisé. Dans le premier cas, c’est à vous de développer votre réseau pour trouver les contrats.
  • L’agent administratif et comptable : vous devrez vous charger de tout le travail administratif et comptable ou le sous-traiter. Mais la sous-traitance en la matière peut réserver des surprises et vous devrez dans tous les cas suivre vos prestataires et vérifier leur avancement. Il existe aussi des sociétés de portage qui proposent de gérer toutes ces tâches pour que vous puissiez vous concentrer sur votre cœur de métier. Je n’ai pas personnellement exploré cette voie mais je voulais quand même l’évoquer.

Maintenant voyons ce que le statut d’indépendant implique d’un point de vue fonctionnel :

  • La veille et les formations : par définition les indépendants sont seuls. Vous devrez donc organiser votre veille et dans certains cas, investir du temps et de l’argent dans les formations. Vous ne profiterez pas des avantages des ESN qui financent les formations sur votre temps de travail et qui possèdent une communauté alimentant naturellement votre veille.
  • Le matériel : vous pourrez choisir votre propre matériel en accord avec vos besoins et votre état d’esprit. Matériel informatique, téléphone, bureau, chaise, bref vous êtes libre et maitrisez tout l’environnement matériel de votre espace de travail. Vous ne subissez aucune limite de la hiérarchie pour vous faire plaisir en investissant dans votre outil de travail. Vous l’avez compris : ce n’est pas le cas dans les entreprises de services où vous prendrez ce qu’elles veulent bien vous donner…
  • La notoriété : elle aussi vous est propre et ne dépend que de vous. Si vous n’avez pas encore de notoriété il va falloir la construire. Par exemple à travers un blog, une présence sur LinkedIn, etc. À l’inverse dans les ESN c’est la notoriété de l’entreprise qui fait le travail de marketing pour vous…

Voilà un autre aspect qui a son importance pour beaucoup d’entre nous : l’argent !

  • Les revenus : pour les indépendants, le TJM (Taux Journalier Moyen) va totalement dans votre poche, façon de parler… Il faudra quand même s’acquitter des divers impôts, taxes et services que vous devrez payer mais le solde peut représenter un revenu conséquent. En revanche, vos revenus varieront en fonction des missions. Une autre vérité : un indépendant qui ne travaille pas n’a plus aucune rentrée d’argent. À l’opposé, en société de services, votre salaire est garanti quelles que soient les raisons de votre inactivé : congés payés, accès aux formations, participation aux conférences, période d’intercontrat, avant-vente, participation à la communauté interne, etc. Avec cette liste nous comprenons mieux pourquoi le TJM des indépendants parait très élevé en comparaison avec les salaires pratiqués dans les ESN : toutes les activités qui ne sont pas directement rémunératrices et tous les jours qui ne sont pas travaillés devront être couverts par votre TJM.
  • La pression financière : en tant qu’indépendant c’est vous qui supportez cette pression. C’est à vous de savoir si vous êtes prêt pour ça. L’approche est différente dans les ESN : vous représentez un coût. Certaines entreprises peu recommandables mettent la pression aux salariés pour qu’ils prennent des congés durant les périodes d’intercontrat ou pour qu’ils acceptent n’importe quelle mission : et oui, je vous assure que ça s’est vu !

Pour conclure, nous pouvons résumer la situation des indépendants par :

  • La liberté et les responsabilités qui en découlent : vous faites ce que vous voulez, enfin tant qu’il y a de la trésorerie.
  • La gestion globale : vous gérez tout, les bon comme les mauvais côtés.

Ce que je retire de mon expérience : devenir consultant indépendant dans l'agilité

Qu’est ce que j’ai retiré de mon expérience en tant qu’indépendant ?

Le statut d’auto-entrepreneur est effectivement simplifié :

J’ai démarré mon activité en auto-entreprise avant de changer de statut pour une EURL ou SASU et oui, sans aucun doute, être auto-entrepreneur est un statut simplifié. J’en ai vraiment pris conscience lorsque j’ai créé mon entreprise et que j’ai découvert toutes les complications administratives qu’elle ajoutait. Le régime de l’auto-entreprise est un vrai bon plan pour se lancer.

Commercial, marketing, comptable… de vrais métiers :

C’est en immersion dans leurs rôles respectifs que j’ai découvert tous ces métiers que je n’avais jamais vraiment expérimentés et que j’avais tendance à sous-estimer. Le marketing, le commercial, le traitement administratif et la comptabilité demandent des vraies compétences, apportent une vraie expertise : ce sont de vrais métiers ! Si nous prenons l’exemple du commercial qui demande 20% de commission, nous pouvons penser que c’est cher payé. Mais lorsque nous nous retrouvons à faire son travail, je peux vous dire que ça amène à relativiser…

Négocier mon TJM : prendre du recul sur ma relation avec le client :

C’est dans ce rôle de commercial avec le fait de négocier le TJM directement avec mon client, que j’ai pris conscience d’un élément fondamental : il faut s’aligner avec les attentes du commanditaire. Avant cela en tant que Scrum Master je faisais de mon mieux pour l’équipe et je visais l’excellence mais sans me soucier vraiment de ce qu’attendait le client. Aujourd’hui je sais que les exigences de mon client peuvent être différentes des besoins de l’équipe. Comprendre et respecter ses attentes reste central dans ma démarche. Cette posture fera de vous un meilleur consultant.

Réconciliation avec le rôle de manager :

Mon expérience m’a permis de me réconcilier avec le rôle de manager. C’est sûrement très personnel mais je pense que je n’ai pas dû leur simplifier la tâche en tant qu’employé. Fondamentalement j’avais du mal à comprendre leur rôle et les raisons de leur présence. Maintenant que je suis à mon compte et que j’ai pris du recul, je sais que ce rôle est nécessaire, utile et a une véritable importance dans les entreprises.

C’est vraiment génial d’être libre :

Si je veux aller à une conférence, m’acheter du nouveau matériel, organiser mes disponibilités, je suis libre de le faire et ça, ça n’a pas de prix ! Sauf peut-être celui d’assumer seul le stress lié à la pression financière.

Consultant agile indépendant ou salarié : lequel est pour vous ?

Essayons de lister quelques éléments de motivation qui poussent à devenir indépendant :

  • Vivre une aventure : peut-être avez-vous envie de vivre cette aventure, de voir ce que ça fait d’être à votre compte : alors foncez ! Et vous verrez que vous apprendrez beaucoup de cette épreuve quelle qu’en soit l’issue.
  • Valoriser sa rémunération : j’entends souvent les gens dire « j’ai l’impression de faire le travail du commercial » ou encore « je veux être payé beaucoup plus ». Ce sont des arguments recevables mais attention aux conséquences désagréables et inattendues. Il est facile de juger le travail des autres jusqu’à ce que nous nous retrouvions à leur place…
  • Gagner en liberté : vous voulez décider de votre nombre de jours de congés, bénéficier de la flexibilité des horaires pour organiser votre vie de famille ou encore pouvoir suivre toutes les formations que vous souhaitez ? C’est tout à fait compréhensible et c’est vrai que cette liberté est grisante. Souvenez-vous quand même que cela n’est possible que si la trésorerie le permet.

La trésorerie reste le nerf de la guerre. Vous serez sûrement contraints de travailler plus que ce que vous n’aviez prévu, ou sur des missions qui ne vous passionnent pas. Non pour répondre à la demande du commercial mais parce que vous aurez pris cette décision pour satisfaire vos impératifs financiers. Voila ce qui fait la différence : c’est votre décision !

Et préférer les sociétés de services ?

  • Sécuriser sa situation : les CDI amènent clairement une sécurité de l’emploi et des revenus. Ils sont d’autant plus prisés lorsque nous nous trouvons dans une logique de construction de vie nécessitant un emprunt bancaire ou la location d’un logement. En tant qu’indépendant vous n’aurez pas les mêmes appréciations sur votre dossier.
  • Faire partie d’une organisation : vous n’êtes pas seul et vous profiterez de l’accompagnement de la communauté de l’entreprise pour vous épauler. Le client aussi pourra tirer parti des avantages d’une ESN : compter sur une structure rassurante et bénéficier d’une plus grande diversité de personnalités et de compétences pour répondre à ses besoins.

Conseils pour bien se lancer en tant que consultant agile indépendant

  • Commencez dans une ESN : vous aurez la possibilité de développer votre état d’esprit de consultant, d’échanger avec les commerciaux pour découvrir leur métier. Bref prendre de l’avance sur ces sujets et de préparer votre lancement en tant qu’indépendant.
  • Construisez votre marque personnelle : vous prendrez aussi de l’avance en termes de notoriété et c’est un formidable facilitateur pour conclure des contrats.
  • Développez votre réseau : tout comme la marque personnelle, le réseau vous amènera naturellement un flux de clients et vous donnera la possibilité de saisir des opportunités.
  • Mettez de la trésorerie de côté : ne partez pas du principe que votre activité démarrera comme vous l’imaginez. Les quelques mois d’avance de trésorerie vous donneront la respiration nécessaire au bon démarrage de votre entreprise et la possibilité de choisir votre client plutôt que de prendre tout ce qui passe.
  • Trouvez votre premier client avant de vous lancer : C’est souvent le déclencheur de l’aventure. Il est plus confortable de démarrer la création après avoir trouvé son premier client plutôt que d’être plongé dans une période creuse en début de manœuvre.
  • Commencez en auto-entreprise : le statut d’auto-entrepreneur permet de démarrer en minimisant les risques. C’est rapide et économique. Si vous essuyez un échec vous n’aurez pas pris de risque. Et dans le meilleur des mondes si vous décollez, vous aurez tout le temps de trouver des solutions d’optimisations fiscales en changeant de statut.

N’attendez pas pour vous préparer. Commencez dès aujourd’hui à créer votre marque, développer votre réseau et mettre en place une réserve de trésorerie.

Si en revanche vous n’adhérez pas aux contraintes liées au métier de consultant indépendant, restez en société de services !

Bibliographie pour aller plus loin

Vous avez aimé cet article ?

Alors vous allez adorer

Le guide du Scrum Master compétent

Entrez votre adresse mail pour rejoindre la liste d'attente :